Nomenclature botanique -
Botanical nomenclature

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

La nomenclature botanique est la dénomination formelle et scientifique des plantes. Il est lié à, mais distinct de la taxonomie . La taxonomie des plantes concerne le regroupement et la classification des plantes; la nomenclature botanique fournit ensuite des noms pour les résultats de ce processus. Le point de départ de la nomenclature botanique moderne est Linnaeus de Species Plantarum de 1753. La nomenclature botanique est régie par le Code international de nomenclature pour les algues, les champignons et les plantes ( ICN ), qui remplace le Code international de nomenclature botanique ( ICBN ). Les plantes fossiles sont également couvertes par le code de nomenclature.

Dans les limites fixées par ce code, il existe un autre ensemble de règles, le Code international de nomenclature des plantes cultivées (ICNCP) qui s'applique aux cultivars de plantes qui ont été délibérément modifiés ou sélectionnés par l'homme (voir cultigen ).

Histoire et portée

(1450) pour rendre ces informations plus largement disponibles.

Leonhart Fuchs , un médecin et botaniste allemand, est souvent considéré comme l'auteur des noms latins pour le nombre croissant de plantes connues de la science. Par exemple, il a inventé le nom Digitalis dans son De Historia Stirpium Commentarii Insignes (1542).

(1753).

Au XIXe siècle, il est devenu de plus en plus clair qu'il y avait un besoin de règles pour régir la nomenclature scientifique, et des initiatives ont été prises pour affiner le corpus de lois initié par Linné. Ceux-ci ont été publiés dans des éditions successivement plus sophistiquées. Pour les plantes, les dates clés sont 1867 ( lois de Candolle) et 1906 ( International Rules of Botanical Nomenclature , 'Vienna Rules'). Le plus récent est le Code de Shenzhen , adopté en 2018.

Un autre développement a été la compréhension de la délimitation du concept de «plante». Progressivement, de plus en plus de groupes d'organismes sont reconnus comme étant indépendants des plantes. Néanmoins, les noms formels de la plupart de ces organismes sont régis par le (ICN), encore aujourd'hui. Certains protistes qui ne rentrent pas facilement dans les catégories végétales ou animales sont traités sous l'un ou les deux de l'ICN et de l' ICZN . Un code distinct a été adopté pour régir la nomenclature des bactéries, le Code international de nomenclature des bactéries .

Relation avec la taxonomie

La nomenclature botanique est étroitement liée à la taxonomie des plantes, et la nomenclature botanique sert la taxonomie des plantes, mais néanmoins la nomenclature botanique est distincte de la taxonomie des plantes. La nomenclature botanique est simplement le corps de règles prescrivant quel nom s'applique à ce taxon (voir nom correct ) et si un nouveau nom peut (ou doit) être inventé.

:

Fleurs de Chionodoxa siehei , qui peuvent aussi être appelées Scilla siehei , ou incluses dans Chionodoxa forbesii ou dans Scilla forbesii
  • Les taxonomistes peuvent être en désaccord quant à savoir si deux groupes de plantes sont suffisamment distincts pour être regroupés en une seule espèce ou non. Ainsi Chionodoxa siehei et Chionodoxa forbesii ont été traités comme une seule espèce par certains taxonomistes ou comme deux espèces par d'autres. Si elles sont traitées comme une seule espèce, le nom précédemment publié doit être utilisé, de sorte que les plantes précédemment appelées Chionodoxa siehei deviennent Chionodoxa forbesii .
  • Les taxonomistes peuvent être en désaccord quant à savoir si deux genres sont suffisamment distincts pour être séparés ou non. Tout en convenant que le genre Chionodoxa est étroitement lié au genre Scilla , le spécialiste des bulbes Brian Mathew considère néanmoins que leurs différences justifient le maintien de genres séparés. D' autres sont en désaccord, et se référer à Chionodoxa siehei comme Scilla siehei . Le premier nom de genre publié doit être utilisé lorsque les genres sont fusionnés ; dans ce cas Scilla a été publié plus tôt et est utilisé (pas Chionodoxa ).
  • Les taxonomistes peuvent être en désaccord sur les limites des familles. Lorsque le groupe de phylogénie des angiospermes (APG) a publié pour la première fois sa classification des plantes à fleurs en 1998, Chionodoxa siehei aurait été placé dans la famille des Hyacinthaceae. Dans la révision de 2009 de leur classification, l'APG ne reconnaît plus les Hyacinthaceae comme une famille distincte, les fusionnant dans une famille considérablement élargie Asparagacées . Ainsi Chionodoxa siehei passe des Hyacinthaceae aux Asparagacées.
  • Les taxonomistes peuvent être en désaccord sur le rang d'un taxon. Plutôt que de laisser les Hyacinthaceae disparaître complètement, Chase et al. a suggéré qu'il soit traité comme une sous-famille au sein des Asparagacées. L' ICN exige que les noms de famille se terminent par "-aceae" et que les noms de sous-famille se terminent par "-oideae". Ainsi, un nom possible pour les Hyacinthaceae lorsqu'elles sont traitées comme une sous-famille serait « Hyacinthoideae ». Cependant, le nom Scilloideae avait déjà été publié en 1835 comme nom d'une sous-famille contenant le genre Scilla , ce nom a donc la priorité et doit être utilisé. Par conséquent, pour les taxonomistes qui acceptent le système APG de 2009, Chionodoxa siehei peut être placé dans la sous-famille des Scilloideae de la famille des Asparagacées. Cependant, un taxonomiste est parfaitement libre de continuer à faire valoir que les Hyacinthaceae devraient être maintenues comme une famille distincte des autres familles qui ont été fusionnées dans les Asparagacées.

En résumé, si une plante a des noms différents ou est placée dans des taxons nommés différemment :

  • Si la confusion est purement nomenclaturale, c'est-à-dire qu'elle concerne ce qu'il faut appeler un taxon qui a la même circonscription, le même rang et la même position, l' ICN fournit des règles pour régler les différences, généralement en prescrivant que le premier nom publié doit être utilisé, bien que les noms puissent être conservé .
  • Si la confusion est taxonomique, c'est-à-dire que les taxonomistes diffèrent d'opinion sur la circonscription, le rang ou la position des taxons, alors seule une recherche plus scientifique peut régler les différences, et même alors seulement parfois .

Noms acceptés

Diverses bases de données botaniques telles que Plants of the World Online et World Flora Online déterminent si un nom est accepté , par exemple une espèce acceptée. Si un nom n'est pas accepté, c'est peut-être parce que le nom est synonyme d'un nom déjà accepté et qu'il est répertorié comme tel. Un autre terme est ambigu pour désigner un nom qui n'est pas accepté car son existence distincte ne peut pas être déterminée de manière fiable. Par exemple, les spécimens endommagés, immatures ou les informations ou l'expertise nécessaires ne sont pas disponibles. Cela peut conduire à des abondances , plusieurs noms publiés pour la même entité.

Voir également

Les références

Bibliographie