Epidendrum secundum -
Epidendrum secundum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Epidendrum secundum Epidendrum secundum - Pérou.jpg Royaume: Plantae Clade : Trachéophytes Clade : Angiospermes Clade : Monocotylédones Commande: Asperges Famille: Orchidacées Sous-famille: Épidendroïdes Genre: Epidendrum Sous-genre: Epidendrum subg. Amphiglottium Section: Epidendrum sect. Schistochila Sous-section: Espèce:
E. secundum
Nom binomial

Epidendrum secundum , l'une des orchidées crucifix , est une espèce à tige de roseau mal comprise, que Dressler (1989) décrit comme «lecomplexe Epidendrum secundum ». Selon Dressler, il existe des dizaines de variétés, dont certaines semblent mériter le rang d'espèce. Arditti et Ghani notent qu'E. Secundum a la particularité de porter les graines les plus longues connues chez les Orchidaceae, 6,0 mm de long. Par comparaison, les graines d' E. Ibaguense (une autre orchidée crucifix) ne mesurent que 2,9 mm de long.

Comme les autres membres de E.  subg. Amphiglottium , E. secundum est une plante sympodiale qui a de fines tiges couvertes à partir de la base de gaines imbriquées qui portent des feuilles au-dessus, une inflorescence terminale recouverte à sa base de fines gaines imbriquées, et des fleurs avec la lèvre adénée à la colonne jusqu'à son apex . Les fleurs ne sont pas résupinées (contrairement à E. ibaguense et E. radicans ), peuvent se présenter dans des tons de lilas, rouge, orange ou jaune et présentent un callus notable sur la lèvre trilobée frangée. La plante pousse plutôt au frais et peut tolérer un léger gel.

Diversité au sein du complexe

En 1861, HR Reichenbach a présenté un traitement du genre Epidendrum , y compris sa vue de la sous-section Tuberculata . La corrélation de sa liste d'espèces distinctes (de l'avis de Reichenbach) avec la liste de contrôle de Kew Monocot (16 juillet 2009) a donné la liste suivante de taxons "qui semblent mériter le rang d'espèce" que les réviseurs de la liste de contrôle de Kew considèrent comme des synonymes d' E. Secundum (le les numéros de page se réfèrent à Reichenbach 1861):

  • E. ansiferum Rchb.f. & Warsz. , Bonplandia (Hanovre) 2: 111 (1854). (pp 394–395)
  • E. brachyphyllum Lindl. , Fol. Orchidée. 3:72 (1853) (p. 392)
  • E. fimbria Rchb.f. , Bonplandia (Hanovre) 2: 282 (1854). (p. 394)
  • E. gracilicaule Rchb.f. & Warsz. , Bonplandia (Hanovre) 2: 111 (1854) (p. 392)
  • E. incisum Rchb.f. & Warsz. , Bonplandia (Hanovre) 2: 112 (1854), nom. illégale. (p. 394)
  • E. lacerum Lindl. , Le Bot d'Edwards. Reg. 24 (Divers): 17 (1838). (pp. 395–396)
  • E. lindenii Lindl. , Le Bot d'Edwards. Reg. 31 (Divers): 48 (1845), nom. illégale (p. 393)
  • E. novogranatense Rchb.f. & Warsz. , Bonplandia (Hanovre) 2: 111 (1854). (p. 396)

La diversité d' E. Secundum est en outre démontrée par le comptage du nombre de chromosomes (dans les tissus racinaires): un individu à fleurs de lilas de Bolivie s'est avéré avoir 2 n  = 28; un individu à fleurs lilas de Santo Antônio do Itambé , Brésil , 2 n  = 52; un individu à fleurs d'oranger de Santo Antônio do Itambé , Brésil , 2 n  = 48; un individu à fleurs lilas de Serra do Rio do Rastro , Brésil , 2 n  = 40; un individu à fleurs lilas du Venezuela , 2 n  = 80; tous en désaccord avec une valeur précédemment rapportée de 2 n  = 68.

La liste de contrôle de Kew Monocot répertorie de nombreux autres binômes comme synonymes d' E. Secundum :

  • E. antioquiense Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 7: 125 (1920)
  • E. bulkeleyi A.D. Hawkes , Orquídea (Rio de Janeiro) 18: 168 (1957)
  • E. coroicoense Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. 27: 60 (1929)
  • E. corymbosum Ruiz & Pav., Syst. Veg. Fl. Péruv. Chil: 246 (1798)
  • E. corymbosum var. latifolium Cogn. dans CFPvon Martius & auct. suc. (éds.), Fl. Bras. 3 (5): 145 (1898)
  • E. crassifolium var. albescens Pabst, Bradea 2: 64 (1976)
  • E. cuzcoense Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 9: 82 (1921)
  • E. dolichopus Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 7: 131 (1920)
  • E. elongatum Jacq., Collectanea 3: 260 (1789)
  • E. fastigiatum Lindl., Fol. Orchidée. 3: 71 (1853)
  • E. giroudianum Rchb.f., Bonplandia (Hanovre) 4: 327 (1856)
  • E. herzogii Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. 12: 489 (1913)
  • E. inconstans Ames et Gleason, Bull. Torrey Bot. Club 58: 350 (1931)
  • E. lacera (Lindl.) Britton, Sci. Surv. Porto Rico et les îles Vierges 5: 201 (1924)
  • E. longihastatum Barb.Rodr., Gen. Spec. Orchidée. 1: 59 (1877)
  • E. pachyphyllum Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 7: 140 (1920)
  • E. polyschistum Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 7: 143 (1920)
  • E. secundum var. albescens (Pabst) F.Barros, Acta Bot. Brésil. 10: 142 (1996)
  • E. secundum f. albescens (Pabst) F.Barros, Hoehnea 29: 111 (2002)
  • E. sulfuratorium E.HLKrause, Beih. Bot. Centralbl. 36 (2): 336 (1914)
  • E. tarmense Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 9: 94 (1921)
  • E. tricallosum Schltr., Repert. Spec. Nov. Regni Veg. Beih. 6:39 (1919)
  • E. versicolor Hoehne & Schltr., Arch. Bot. São Paulo 1: 245 (1926)

Des noms

Illustration d' Epidendrum secundum montrant une seconde inflorescence, de: Nikolaus Joseph, Freiherr von Jacquin (! 793): Selectarum stirpium Americanarum historia

Bien que le binôme linnéen " Epidendrum secundum " soit bien établi par la publication de Jacquin dans son Enumeratio (1760) et Selectarum (1763), l'apparente inadéquation de son choix de mot a longtemps été notée, non seulement par Dressler (1975) mais aussi par Cogniaux dans Flora brasiliensis , avec l'inscription " Epidendrum secundum (sed floribus non secundis) Jacq."

Contrairement à l'illustration de Selectarum , l'inflorescence de ce taxon n'est pas secondaire , c'est-à-dire que les fleurs ne sont pas toutes d'un côté de l'inflorescence, ne sont pas toutes dans un même plan, et la plante n'est en aucune façon «déséquilibrée». Les fleurs entourent plutôt la tige centrale de l'inflorescence de manière cylindrique, produisant une grappe fortement encombrée. Malgré l'épithète générique (littéralement «sur un arbre»), E. secundum pousse fréquemment sur terre. En raison de cette inadéquation littérale du nom et de l'origine de cette plante dans un pays où l'anglais n'est pas la langue commune, tous les «noms communs» construits en traduisant littéralement le binôme linnéen en anglais sont complètement inappropriés: non seulement ces noms ne sont pas communs , ils sont complètement trompeurs. De tels noms incluent «orchidée étoile asymétrique» et «fleurs toutes dans un même plan Epidendrum», entre autres. Néanmoins, l'insistance de certains constructeurs de bases de données sur le fait que chaque taxon doit avoir un nom commun entraîne la prolifération de telles expressions.

Occurrence

Epidendrum secundum se trouve dans la forêt de montagne des Néotropiques (jusqu'à 2 miles de haut), y compris Cusco, le sud-est du Pérou et le Brésil. Il a également été trouvé dans des habitats en bordure de route perturbés à Picingauba, au Brésil, près du niveau de la mer, avec E. fulgens et des hybrides naturels entre les deux.

Les références

  • Arditti, J. et Abdul Karim Abdul Ghani, "Tansley Review No. 100. Propriétés numériques et physiques des graines d'orchidées et leurs implications biologiques" New Phytologist , 145 (3): 367–421. 2000.
  • Dressler, RL "Noms Jacquin - Encore une fois" Taxon 24 (5/6): 647–650. Novembre 1975
  • HG Reichenbach "Orchides" dans Dr. Carl Müller, Ed. Walpers Annales Botanices Systematicae VI (1861): 393–397. Berlin.
  • ER Pansarin; MCE Amaral (2008). "Biologie reproductive et mécanismes de pollinisation d' Epidendrum secundum . Variation florale: une conséquence de l'hybridation naturelle?". Biologie végétale . 10 (2): 211–219. doi : 10.1111 / j.1438-8677.2007.00025.x . PMID  18304195 .