MPLA -
MPLA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Abréviation MPLA
Président João Lourenço
Secrétaire général
Álvaro de Boavida Neto
Fondateur Agostinho Neto , Viriato da Cruz
Fondé
Fusion de PLUA , MINE et PCA
Quartier général Luanda , Angola
Un journal Journal d'Angola
Aile jeunesse Jeunesse du MPLA
Aile féminine Organisation des femmes angolaises
Aile paramilitaire
Idéologie Depuis 1991 :
social-démocratie
1977-1991 :
communisme
marxisme-léninisme
nationalisme de gauche
Poste politique Depuis 1991 :
Centre-gauche à gauche
1977-1991 :
Extrême-gauche
Affiliation internationale Internationale socialiste
Appartenance africaine Anciens mouvements de libération d'Afrique australe
Slogan Paix, travail et liberté
Assemblée nationale
150 / 220
PF SADC
0 / 5
Parlement panafricain
0 / 5
Symbole électoral
MPLA logo.png
Drapeau du parti
Movimento Popular de Libertação de Angola (bandeira).svg
Site Internet

Le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola , appelé depuis quelques années le Mouvement populaire pour la libération de l'Angola - Parti travailliste ( portugais : Movimento Popular de Libertação de Angola - Partido do Trabalho , MPLA ), est un parti politique de gauche angolais . Le MPLA a combattu l' armée portugaise pendant la guerre d'indépendance angolaise de 1961 à 1974 et a vaincu l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola ( UNITA ) et le Front de libération nationale de l'Angola (FNLA) pendant la guerre civile angolaise . Le parti a dirigé l'Angola depuis l'indépendance du pays du Portugal en 1975, étant le gouvernement de facto tout au long de la guerre civile et le pouvoir depuis sa fin.

Formation

(FDLA). (FAPLA). Les FAPLA sont ensuite devenues les forces armées nationales du pays.

En 1961, le MPLA rejoint le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), son parti frère en Guinée-Bissau et au Cap-Vert , en combat direct contre l' empire portugais en Afrique. L'année suivante, le groupe de coordination élargi Conférence des organisations nationalistes des colonies portugaises (CONCP) a remplacé le FRAIN, en ajoutant le FRELIMO du Mozambique et le CLSTP, précurseur du Mouvement pour la libération de São Tomé et Príncipe (MLSTP).

Au début des années 1970, les activités de guérilla du MPLA sont de plus en plus réduites, en raison des campagnes de contre-insurrection de l' armée portugaise . Dans le même temps, des conflits internes provoquèrent la scission temporaire du mouvement en trois factions (Ala Presicencialista, Revolta Activa et Revolta do Leste) - une situation qui fut surmontée en 1974/75, mais marqua le parti.

Indépendance et guerre civile

La révolution des œillets à Lisbonne , au Portugal , en 1974, a établi un gouvernement militaire qui a rapidement cessé les combats anti-indépendance en Angola et a accepté de céder le pouvoir à une coalition de trois mouvements angolais favorables à l'indépendance. La coalition s'est rapidement effondrée et l' Angola nouvellement indépendant est entré dans un état de guerre civile . Gardant le contrôle de Luanda et des champs de pétrole lucratifs de la côte atlantique, Agostinho Neto , le chef du MPLA, a déclaré l'indépendance de la province portugaise d'outre-mer d'Angola en tant que République populaire d'Angola le 11 novembre 1975 conformément aux accords d'Alvor. . L'UNITA et le FNLA ont déclaré ensemble l'indépendance de l'Angola à Huambo . Ces différences ont ravivé la guerre civile entre l'UNITA et le FNLA et le MPLA, ce dernier prenant le dessus. Agostinho Neto est devenu le premier président à l'indépendance, et il a été remplacé après sa mort par José Eduardo dos Santos en 1979.

Affiche MPLA. Le slogan se traduit par "La victoire est certaine".

En 1974-1976, l'Afrique du Sud et le Zaïre sont intervenus militairement en faveur du FNLA et de l'UNITA, et les États-Unis ont fortement aidé les deux groupes. Cuba est intervenue à son tour en 1975 pour aider le MPLA contre l'intervention sud-africaine, l' Union soviétique aidant à la fois Cuba et le gouvernement du MPLA pendant la guerre. En novembre 1980, le MPLA avait pratiquement poussé l'UNITA dans la brousse et les forces sud-africaines se sont retirées. Le Congrès des États-Unis a interdit toute nouvelle implication militaire américaine dans le pays contre la volonté du président Ronald Reagan , craignant une situation similaire à la guerre du Vietnam . En 1976, le FNLA a retiré ses troupes dans leurs bases au Zaïre, tandis qu'une partie d'entre elles a rejoint le 32 bataillon formé par l'Afrique du Sud pour recevoir les Angolais anti-MPLA.

Lors de son premier congrès en 1977, le MPLA a adopté le marxisme-léninisme comme idéologie du parti et a ajouté Partido do Trabalho (Parti travailliste) à son nom.

. Plusieurs milliers de soldats cubains sont restés dans le pays pour combattre les combattants de l'UNITA et renforcer la sécurité du régime.

À la fin de la guerre froide, le MPLA a abandonné son idéologie marxiste-léniniste et a déclaré la social-démocratie comme son idéologie officielle lors de son troisième congrès en décembre 1991.

Le MPLA est sorti vainqueur des élections générales de 1992 en Angola, mais huit partis d'opposition ont rejeté l'élection comme truquée. L'UNITA a envoyé des négociateurs à Luanda, où ils ont été tués. En conséquence, les hostilités ont éclaté dans la ville et se sont immédiatement propagées à d'autres parties du pays. Des dizaines de milliers de sympathisants de l'UNITA et du FNLA ont ensuite été tués dans tout le pays par les forces du MPLA, lors de ce que l'on appelle le massacre d'Halloween , et la guerre civile a repris. La guerre s'est poursuivie jusqu'en 2002, lorsque le chef de l'UNITA, Jonas Savimbi , a été tué. Les deux parties ont rapidement convenu d'un cessez-le-feu et un plan a été élaboré pour que l'UNITA se démobilise et devienne un parti politique. Plus de 500 000 civils ont été tués pendant la guerre civile. Des observateurs des droits de l'homme financés par le Royaume d'Arabie saoudite ont accusé le MPLA d'"atrocités génocidaires", d'"extermination systématique", de "crimes de guerre" et de "crimes contre l'humanité pendant la guerre civile". Le politologue Rudolph Rummel a estimé que le MPLA était responsable de 100 000 à 200 000 morts dans le démocide de 1975 à 1987.

Dossier des droits de l'homme

Le gouvernement MPLA de l'Angola a été accusé de violations des droits de l' homme telles que l'arrestation et la détention arbitraires et la torture par des organisations internationales, dont Amnesty International et Human Rights Watch . En réponse, le gouvernement du MPLA a embauché Samuels International Associates Inc en 2008 pour aider à améliorer l'image mondiale de l'Angola.

Organisations du parti

À l'heure actuelle, les principales organisations de masse du MPLA-PT comprennent l' Organisation des femmes angolaises ( Organização da Mulher Angolana ), l'Union nationale des travailleurs angolais ( União Nacional dos Trabalhadores Angolanos ), l'Organisation des pionniers d'Agostinho Neto ( Organização de Pioneiros de Agostinho Neto ) et la Jeunesse du MPLA ( Juventude do MPLA ).

Soutien étranger

Pendant la guerre coloniale portugaise et la guerre civile angolaise , le MPLA a reçu un soutien militaire et humanitaire principalement des gouvernements de l' Algérie , de la République populaire bulgare , de l'Allemagne de l'Est , des îles du Cap-Vert , de la République socialiste tchécoslovaque , du Congo , de Cuba , de la Guinée-Bissau. , Maroc , République populaire mozambicaine , Nigéria , Corée du Nord , République populaire polonaise , Chine , République socialiste roumaine , São Tomé et Príncipe , Somalie , Union soviétique , Soudan , Tanzanie , Libye et RSF Yougoslavie . Si la Chine a brièvement soutenu le MPLA, elle a également activement soutenu les ennemis du MPLA, le FNLA et plus tard l'UNITA, pendant la guerre d'indépendance et la guerre civile. Le changement était le résultat de tensions entre la Chine et l'Union soviétique pour la domination du bloc communiste, qui ont presque conduit à la guerre.

Histoire électorale

Lors des élections de 1992 , le MPLA-PT a remporté 53,74 % des voix et 129 des 227 sièges au parlement ; cependant, huit partis d'opposition ont rejeté les élections de 1992 comme truquées . Lors de l' élection suivante , reportée à 2008 en raison de la guerre civile, le MPLA remporte 81,64 % des suffrages et 191 des 220 sièges parlementaires. Lors des élections législatives de 2012 , le parti obtient 71,84 % des suffrages et 175 des 220 sièges parlementaires.

Élections présidentielles

Élection Candidat du parti Votes % Résultat
1992 José Eduardo dos Santos 1 953 335 49,57 % Élu Coche verte
Oui

Élections à l'Assemblée nationale

Élection Votes % Des places +/– Position Résultat
1980 100%
229 / 229
Augmenter 229 Augmenter 1er Gouvernement d'État à parti unique
1986
173 / 289
Diminuer 56 Constant 1er Gouvernement majoritaire
1992 2 124 126 53,7 %
129 / 220
Diminuer 44 Constant 1er Gouvernement majoritaire
2008 5 266 216 81,6 %
191 / 220
Augmenter 62 Constant 1er Gouvernement à majorité qualifiée
2012 4 135 503 71,8 %
175 / 220
Diminuer 16 Constant 1er Gouvernement à majorité qualifiée
2017 4 907 057 61,1 %
150 / 220
Diminuer 25 Constant 1er Gouvernement à majorité qualifiée

  • En 1976, le chanteur de reggae Tapper Zukie a dédié la chanson et l'album intitulé " MPLA " au mouvement.
  • Pablo Moses a dédié la chanson "We Should be in Angola" (qui figurait sur son album Revolutionary Dream ) au MPLA.
  • Le groupe de reggae The Revolutionaries a consacré un long disque de dub mix au mouvement intitulé « MPLA », enregistré à Channel One , conçu par King Tubby et sorti sur le label « Well Charge ». La ligne de basse et le rythme étaient basés sur "Freedom Blues" de Little Richard . Les Révolutionnaires ont également sorti un long discomix intitulé « Angola ». Les deux morceaux ont ensuite été publiés sur l' album Revolutionary Sounds avec Sly et Robbie .
  • Le jeu vidéo Call of Duty : Black Ops 2 propose un niveau dans lequel le joueur combat aux côtés de l'UNITA et de Jonas Savimbi contre le MPLA.

Voir également

Les références

Lectures complémentaires

  • David Birmingham, Une brève histoire de l'Angola moderne , Hurst 2015.
  • Inge Brinkmann, Guerre, sorcières et traîtres : Cas du front oriental du MPLA en Angola (1966–1975) , Journal of African History , 44, 2003, pp. 303–325
  • Mario Albano, Angola: una rivoluzione in marcia , Jaca Book, Milan, 1972
  • Lúcio Lara, Um amplo movimento: Itinerário do MPLA através de documentos e anotações , vol. I, Até Fevereiro de 1961 , 2ª éd., Luanda: Lúcio & Ruth Lara, 1998, vol. II, 1961-1962 , Luanda : Lúcio Lara, 2006, vol. III, 1963-1964 , Luanda: Lúcio Lara, 2008