Guillaume Keitel
-
Wilhelm Keitel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Bundesarchiv Bild 183-H30220, Wilhelm Keitel.jpg
Keitel comme maréchal en 1942
Chef du Haut Commandement des Forces Armées
En poste

du 4 février 1938 au 8 mai 1945
Précédé par
Werner von Blomberg
(en tant que ministre de la guerre du Reich )
succédé par
Alfred Jodl
Chef du bureau des forces armées
En poste

du 1er octobre 1935 au 4 février 1938
Précédé par
Walter de Reichenau
succédé par
Aucun (poste aboli)
Détails personnels
Wilhelm Bodewin Johann Gustav Keitel

(
22/09/1882
)
22 septembre 1882
Helmscherode , Duché de Brunswick , Empire allemand
Décédés 16 octobre 1946
(1946-10-16)
(64 ans)
Prison de Nuremberg , Nuremberg , Allemagne occupée par les Alliés
Cause de décès Exécution par pendaison
Conjoint
Les proches Bodewin Keitel (frère)
Signature
Surnom "Lakeitel"
Service militaire
Allégeance
Succursale/service
Des années de service 1901–1945
Rang Wehrmacht GenFeldmarschall 1942h1.svg Generalfeldmarschall
Commandes Oberkommando de la Wehrmacht
Batailles/guerres Première Guerre mondiale
La Seconde Guerre mondiale
Prix Croix de chevalier de la croix de fer
Conviction criminelle
Statut criminel Réalisé
Complot en vue de commettre des crimes contre la paix
Crimes d'agression Crimes de
guerre
Crimes contre l'humanité
Essai Procès de Nuremberg
Sanction pénale Décès

Wilhelm Bodewin Johann Gustav Keitel ( prononciation allemande :

 ; 22 septembre 1882 - 16 octobre 1946) était un maréchal et criminel de guerre allemand qui occupait le poste de chef de l' Oberkommando der Wehrmacht (OKW), le haut commandement de l'armée nazie de l'Allemagne. militaires, pendant la Seconde Guerre mondiale. À ce titre, Keitel a signé un certain nombre d' ordonnances et de directives pénales qui ont conduit à de nombreux crimes de guerre .

L'ascension de Keitel au haut commandement de la Wehrmacht a commencé avec sa nomination à la tête du bureau des forces armées au ministère de la Guerre du Reich en 1935. Après avoir pris le commandement de la Wehrmacht en 1938, Hitler a remplacé le ministère par l'OKW et Keitel en est devenu le chef. Il était vilipendé par ses collègues militaires comme le « yes-man » habituel d'Hitler .

Après la guerre, Keitel a été inculpé par le Tribunal militaire international de Nuremberg comme l'un des « grands criminels de guerre ». Il a été reconnu coupable de tous les chefs d'accusation : crimes contre l'humanité , crimes contre la paix , association de malfaiteurs et crimes de guerre . Il a été condamné à mort et exécuté par pendaison en 1946.

Première vie et carrière pré-Wehrmacht

Wilhelm Keitel est né dans le village de Helmscherode près de Gandersheim dans le duché de Brunswick , en Allemagne. Il était le fils aîné de Carl Keitel (1854–1934), un propriétaire terrien de la classe moyenne, et de sa femme Apollonia Vissering (1855–1888). Au début, il voulait reprendre les domaines de sa famille après avoir terminé ses études dans un gymnase . Ce plan a échoué car son père ne voulait pas prendre sa retraite. Au lieu de cela, il se lance dans une carrière militaire en 1901, devenant élève-officier de l' armée prussienne . En tant que roturier, il ne rejoignit pas la cavalerie, mais un régiment d'artillerie de campagne à Wolfenbüttel , servant comme adjudant à partir de 1908. Le 18 avril 1909, Keitel épousa Lisa Fontaine, la fille d'un riche propriétaire terrien à Wülfel près de Hanovre .

Keitel mesurait 1,85 m (6 pi 1 po), décrit plus tard comme un Prussien solidement bâti et à la mâchoire carrée.

Pendant la Première Guerre mondiale, Keitel a servi sur le front occidental et a pris part aux combats en Flandre , où il a été grièvement blessé. Après avoir été promu capitaine, Keitel est affecté à l' état- major d'une division d'infanterie en 1915. Après la guerre, Keitel est retenu dans la Reichswehr nouvellement créée de la République de Weimar et joue un rôle dans l'organisation des unités paramilitaires du Freikorps à la frontière polonaise. En 1924, Keitel est transféré au ministère de la Reichswehr à Berlin, servant avec le Truppenamt (« Bureau des troupes »), l'état- major allemand déguisé post-Versailles . Trois ans plus tard, il est revenu au commandement sur le terrain.

Désormais lieutenant-colonel, Keitel est de nouveau affecté au ministère de la Guerre en 1929 et est rapidement promu chef du département de l'organisation ("T-2"), poste qu'il occupe jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler en 1933. rôle dans le réarmement allemand , il se rendit au moins une fois en Union soviétique pour inspecter les camps d'entraînement secrets de la Reichswehr . À l'automne 1932, il subit une crise cardiaque et une double pneumonie. Peu de temps après sa guérison, en octobre 1933, Keitel est nommé commandant adjoint de la 3e division d'infanterie ; en 1934, il reçoit le commandement de la 22e division d'infanterie à Brême.

Montée au haut commandement de la Wehrmacht

), qui supervise l'armée, la marine et l'aviation. Après sa prise de fonction, Keitel est promu lieutenant général le 1er janvier 1936.

Le 21 janvier 1938, Keitel reçut des preuves révélant que l'épouse de son supérieur, le ministre de la Guerre Werner von Blomberg , était une ancienne prostituée. Après avoir examiné ces informations, Keitel a suggéré que le dossier soit transmis à l'adjoint d'Hitler, Hermann Göring , qui l'a utilisé pour provoquer la démission de Blomberg.

Hitler prit le commandement de la Wehrmacht en 1938 et remplaça le ministère de la Guerre par le commandement suprême des forces armées ( Oberkommando der Wehrmacht ), avec Keitel comme chef. À la suite de sa nomination, Keitel a assumé les responsabilités de ministre allemand de la guerre. Bien qu'il n'ait pas été officiellement nommé Reichsminister , Keitel a obtenu un rang au niveau du cabinet. Lorsque par la suite von Blomberg a été demandé par Hitler (par respect pour lui, après son limogeage en 1938) qui il recommanderait pour le remplacer, il n'avait suggéré personne et a suggéré qu'Hitler lui-même prenne la relève. Mais il a dit à Hitler à propos de Keitel (qui était le père de son gendre) que "c'est juste l'homme qui dirige mon bureau". Hitler a claqué des doigts et s'est exclamé "C'est exactement l'homme que je recherche". Ainsi, le 4 février 1938, lorsque Hitler devint commandant en chef des forces armées, Keitel (au grand étonnement de l'état-major général, y compris lui-même) devint chef d'état-major.

Peu de temps après sa promotion, Keitel a convaincu Hitler de nommer Walther von Brauchitsch au poste de commandant en chef de l'armée, en remplacement de von Fritsch. Keitel a été promu Generaloberst (colonel général) en novembre 1938, et en avril 1939, il a reçu l' insigne du Golden Party par Hitler.

Keitel (à l'extrême gauche) et d'autres membres du haut commandement allemand avec Adolf Hitler lors d'un briefing militaire (vers 1940).

Critique des capacités

Le maréchal Ewald von Kleist a qualifié Keitel de rien de plus qu'un « disciple stupide d'Hitler » en raison de son attitude servile de « oui » envers Hitler. Sa flagornerie était bien connue dans l'armée, et il a acquis le surnom de "Lakeitel", un jeu de mots dérivé de

Lakai
(" laquais ") et de son nom de famille. La description par Hermann Göring de Keitel comme ayant "l'esprit d'un sergent dans le corps d'un maréchal" était un sentiment souvent exprimé par ses pairs. Il avait été promu en raison de sa volonté de servir de porte-parole d'Hitler. Il était connu par ses pairs comme un "crapaud aveuglément loyal" d'Hitler, surnommé "Nickgeselle", d'après un jouet en métal populaire d'un âne hochant la tête, le "Nickesel". Pendant la guerre, il a été victime d'abus verbaux de la part d'Hitler, qui a déclaré à d'autres officiers (selon Gerd von Rundstedt ) que "vous savez qu'il a le cerveau d'un huissier de cinéma ... (mais il a été nommé officier le plus haut gradé dans le Armée) ... parce que l'homme est aussi loyal qu'un chien" (dit par Hitler avec un sourire narquois).

, cependant, lui a dit : "Ne t'inquiète pas, ce n'est que Keitel". Les officiers allemands l'ont constamment contourné et sont allés directement à Hitler.

La Seconde Guerre mondiale

Le 30 août 1939, juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Keitel fut nommé par Hitler au Conseil des ministres de la défense du Reich , composé de six personnes, qui fut créé pour fonctionner comme un «cabinet de guerre». Après que l'Allemagne ait vaincu la France lors de la bataille de France en six semaines, Keitel a décrit Hitler comme « le plus grand chef de guerre de tous les temps ». Keitel mena les négociations de l' armistice français et, le 19 juillet 1940 , fut promu Generalfeldmarschall (feldmaréchal).

La planification de l'opération Barbarossa , l'invasion de l'Union soviétique en 1941, a été lancée provisoirement par Halder avec le redéploiement de la 18e armée dans une position offensive contre l'Union soviétique. Le 31 juillet 1940, Hitler a tenu une grande conférence qui comprenait Keitel, Halder, Alfred Jodl , Erich Raeder , Brauchitsch et Hans Jeschonnek qui ont discuté plus en détail de l'invasion. Les participants ne se sont pas opposés à l'invasion. Hitler a demandé que des études sur la guerre soient terminées et Georg Thomas a été chargé de terminer deux études sur des questions économiques. La première étude de Thomas a détaillé de graves problèmes de ravitaillement en carburant et en caoutchouc. Keitel a carrément rejeté les problèmes, disant à Thomas qu'Hitler ne voudrait pas le voir. Cela a influencé la deuxième étude de Thomas qui a offert une recommandation élogieuse pour l'invasion basée sur des avantages économiques fabriqués.

En janvier 1943, juste avant la capitulation finale à Stalingrad , Hitler accepta la création d'un comité de trois hommes avec des représentants de l'État, du haut commandement des forces armées et du Parti dans une tentative de centraliser le contrôle de l'économie de guerre et sur le front intérieur. Les membres du comité étaient Keitel, (chef de l'OKW) Hans Lammers (chef de la chancellerie du Reich) et Martin Bormann (chef de la chancellerie du parti). Le comité, bientôt connu sous le nom de Dreierausschuß (Comité des Trois), se réunit onze fois entre janvier et août 1943. Cependant, il avait peu d'autonomie, Hitler se réservant la plupart des décisions finales. De plus, il s'est heurté à la résistance des ministres du cabinet, qui dirigeaient des sphères d'influence profondément enracinées et, y voyant une menace pour leur pouvoir, ont travaillé ensemble pour le saper. Le résultat fut que rien ne changea, et le Comité tomba dans l'insignifiance.

Keitel, signant les conditions de reddition ratifiées pour l'armée allemande à Berlin, 8/9 mai 1945
. Environ 7 000 personnes ont été arrêtées, dont beaucoup ont été torturées par la Gestapo, et environ 5 000 ont été exécutées.

En avril et mai 1945, lors de la bataille de Berlin , Keitel appelle à des contre-attaques pour repousser les forces soviétiques et soulager Berlin. Cependant, les forces allemandes étaient insuffisantes pour mener de telles contre-attaques. Après le suicide d'Hitler le 30 avril, Keitel est resté membre de l'éphémère gouvernement de Flensburg dirigé par le grand amiral Karl Dönitz . En arrivant à Flensburg, Albert Speer , le ministre de l'armement et de la production de guerre, a déclaré que Keitel s'était prosterné auprès de Dönitz de la même manière qu'il l'avait fait auprès d'Hitler. Le 7 mai 1945, Alfred Jodl , au nom de Dönitz, signe la capitulation sans condition de l'Allemagne sur tous les fronts. Joseph Staline a considéré cela comme un affront, alors une deuxième signature a été organisée dans la banlieue berlinoise de Karlshorst le 8 mai. Là, Keitel a signé l' instrument allemand de reddition . Cinq jours plus tard, le 13 mai, il est arrêté à la demande des États-Unis et interné au Camp Ashcan à Mondorf-les-Bains . Le général Jodl lui succède comme chef de l'OKW jusqu'à la dissolution définitive du gouvernement de Flensburg le 23 mai.

Rôle dans les crimes de la Wehrmacht et de l'Holocauste

Keitel avait pleinement connaissance de la nature criminelle de la planification et de l' invasion de la Pologne qui a suivi , acceptant ses objectifs en principe. Les plans nazis comprenaient des arrestations massives, des transferts de population et des meurtres de masse. Keitel n'a pas contesté l'assaut du régime contre les droits fondamentaux de l'homme ni contre le rôle des Einsatzgruppen dans les meurtres. La nature criminelle de l'invasion était maintenant évidente; les commandants locaux ont continué à exprimer leur choc et à protester contre les événements dont ils étaient témoins. Keitel a continué à ignorer les protestations parmi le corps des officiers alors qu'ils devenaient moralement engourdis par les atrocités.

Keitel a émis une série d' ordonnances pénales à partir d'avril 1941. Les ordonnances allaient au-delà des codes de conduite établis pour l'armée et autorisaient largement l'exécution de Juifs, de civils et de non-combattants pour quelque raison que ce soit. Les auteurs des meurtres ont été exemptés de la cour martiale ou ont ensuite été jugés pour crimes de guerre. Les commandes étaient signées par Keitel; cependant, d'autres membres de l' OKW et de l' OKH , dont Halder, ont écrit ou modifié le libellé de ses ordres. Les commandants sur le terrain interprétaient et exécutaient les ordres.

Au cours de l'été et de l'automne 1941, des avocats militaires allemands ont soutenu en vain que les prisonniers de guerre soviétiques devaient être traités conformément à la Convention de Genève . Keitel les a repoussés en écrivant: "Ces doutes correspondent aux idées militaires sur les guerres de chevalerie. Notre travail consiste à supprimer un mode de vie." En septembre 1941, inquiet que certains commandants sur le front de l'Est ne fassent pas preuve d'une sévérité suffisante dans l'application de l'ordre de mai 1941 sur les « Directives pour la conduite des troupes en Russie », Keitel émit un nouvel ordre, écrivant : « [Le] la lutte contre le bolchevisme exige une action impitoyable et énergique, en particulier aussi contre les Juifs, principaux porteurs du bolchevisme ». Toujours en septembre, Keitel a donné un ordre à tous les commandants, pas seulement à ceux de l'Union soviétique occupée, leur ordonnant d'utiliser une "sévérité inhabituelle" pour écraser la résistance. Dans ce contexte, la directive stipulait que l'exécution de 50 à 100 «communistes» était une réponse appropriée à la perte d'un soldat allemand. De tels ordres et directives ont encore radicalisé la politique professionnelle de l'armée et l'ont empêtrée dans le génocide des Juifs .

Plaque commémorative des victimes françaises du camp de concentration de Hinzert , utilisant les expressions « Nacht und Nebel » et « NN-Déporté ». L'inscription se traduit par : "Pas de haine, mais aussi pas d'oubli."

En décembre 1941, Hitler ordonna à l'OKW de soumettre, à l'exception du Danemark, l'Europe de l'Ouest (qui était sous occupation militaire) au Décret Nuit et Brouillard . Signé par Keitel, le décret permettait aux ressortissants étrangers d'être transférés en Allemagne pour être jugés par des tribunaux spéciaux, ou simplement remis à la Gestapo pour être déportés vers des camps de concentration. L'OKW a en outre imposé un black-out sur toute information concernant le sort de l'accusé. Dans le même temps, Keitel a accru la pression sur Otto von Stülpnagel , le commandant militaire en France, pour une politique de représailles plus impitoyable dans le pays. En octobre 1942, Keitel a signé l' ordre du commando qui autorisait le meurtre de troupes d'opérations spéciales ennemies même lorsqu'elles étaient capturées en uniforme.

Au printemps et à l'été 1942, alors que les déportations des Juifs vers les camps d'extermination progressaient, les militaires ont d'abord protesté contre les Juifs qui travaillaient au profit de la Wehrmacht. L'armée a perdu le contrôle de la question lorsque les SS ont pris le commandement de tous les travaux forcés juifs en juillet 1942. Keitel a officiellement approuvé la situation en septembre, réitérant pour les forces armées que "l'évacuation des Juifs doit être menée à bien et ses conséquences enduré, malgré les ennuis qu'il pourrait causer au cours des trois ou quatre prochains mois ».

Procès, condamnation et exécution

Rapport de détention de Wilhelm Keitel de juin 1945

Après la guerre, Keitel a fait face au Tribunal militaire international (TMI), qui l'a inculpé des quatre chefs d'accusation : complot en vue de commettre des crimes contre la paix , planification, déclenchement et conduite de guerres d'agression , crimes de guerre et crimes contre l'humanité . La plupart des poursuites contre lui étaient fondées sur la présence de sa signature sur des dizaines d'ordres appelant à la mort ou à la « disparition » des soldats et des prisonniers politiques. Au tribunal, Keitel a admis qu'il savait que bon nombre des ordres d'Hitler étaient illégaux. Sa défense reposait presque entièrement sur l'argument selon lequel il ne faisait que suivre les ordres conformément au "principe du chef" ( Führerprinzip ) et sur son serment personnel de loyauté envers Hitler .

L'IMT a rejeté cette défense et l'a condamné pour tous les chefs d'accusation. Bien que la charte du tribunal autorise les «ordres supérieurs» à être considérés comme un facteur atténuant, il a conclu que les crimes de Keitel étaient si flagrants qu '«il n'y a rien dans l'atténuation». Dans son jugement contre lui, l'IMT a écrit: "Les ordres supérieurs, même à un soldat, ne peuvent être considérés comme une atténuation lorsque des crimes aussi choquants et étendus ont été commis consciemment, impitoyablement et sans excuse ni justification militaire." Il a également été souligné que s'il affirmait que l' ordre des commandos , qui ordonnait que les commandos alliés soient abattus sans procès, était illégal, il l'avait réaffirmé et étendu son application. Il a également noté plusieurs cas où il a émis des ordres illégaux de sa propre autorité.

Dans sa déclaration devant le Tribunal, Keitel a déclaré : « Au fur et à mesure que ces atrocités se sont développées les unes après les autres, et sans aucune connaissance préalable des conséquences, le destin a suivi son cours tragique, avec ses conséquences fatales. Pour souligner la nature criminelle plutôt que militaire des actes de Keitel, les Alliés ont rejeté sa demande d'être fusillé par un peloton d'exécution . Au lieu de cela, il a été exécuté à la prison de Nuremberg par pendaison .

Le corps de Keitel après son exécution ; notez les blessures causées en se cognant la tête contre la trappe.

Le jour de l'exécution, Keitel a déclaré à l'aumônier de la prison Henry F. Gerecke "Vous m'avez aidé plus que vous ne le pensez. Que le Christ, mon sauveur, me soutienne tout au long du chemin. J'aurai tellement besoin de lui." Il a ensuite reçu la communion et a été exécuté plus tard dans la journée. Keitel a été exécuté par le sergent de l'armée américaine John C. Woods . Ses derniers mots furent: "J'appelle Dieu Tout-Puissant à avoir pitié du peuple allemand. Plus de deux millions de soldats allemands sont allés à la mort pour la patrie avant moi. Je suis maintenant mes fils - tous pour l'Allemagne." La trappe était petite, causant des blessures à la tête à Keitel et à plusieurs autres condamnés lors de leur chute. De nombreux nazis exécutés sont tombés de la potence avec une force insuffisante pour se casser le cou, entraînant des convulsions qui, dans le cas de Keitel, ont duré 24 minutes. Les cadavres de Keitel et des neuf autres hommes exécutés ont été, comme ceux d' Hermann Göring , incinérés à Ostfriedhof (Munich) et les cendres ont été dispersées dans la rivière Isar .

Héritage

.

Voir également

Références

Remarques

Bibliographie

Bureaux politiques Chef de la Wehrmachtamt
1er octobre 1935 - 4 février 1938
Bureaux militaires
Chef de l' Oberkommando der Wehrmacht
4 février 1938 - 8 mai 1945 Chef d'état-major général de l'OKH
1er mai 1945 - 8 mai 1945